Tout d'abord merci de lire mes blablas et de me raconter vos histoires de chats et de vous, j'avais peur que le texte vous fasse peur, j'essaye d'alléger un peu pour que ce soit plus agréable a lire =) Par contre cette fois il n'y aura pas de photos car vu le sujet, c'est pas évident d'en avoir en stock =)

Bonne lecture !

Chat-pitre 04 : Celle qui manifeste sa joie et/ou sa libération

Les chats ont une drôle de façon de s'exprimer, c'est pas nouveau, y'a les bruyants, les démonstratifs.

Je ne sais pas si c'est pareil chez vous mais il y a trois moments dans la journée ou les chats pètent une durite : après avoir fait leur méga crotte, lorsque vous rentrez du taff et lorsque vous êtes enfin confortablement callé sous votre couette, prête a dormir.

Situation N°1: (vous allez dire que je boucle sur les histoires pipi-caca mais bon j'assume)

Le chat fait sa méga crotte (celle dont l'odeur se répand dans toute la maison surtout la pièce ou vous êtes, la crotte maudite qu'il faut vite enlever avec pincettes, gants et combinaison anti-radiations), et la c'est le drame, le chat ne doit plus avoir d'oxygene dans la cervelle car il se met a manifester son contentement. S'il pouvait parler il se mettrait a brailler :

"j'ai fait ma croootte, vive moiii, je suis le maître du moooonde, j'ai fait ma croootte".

Oui mais voila, le chat ne parle pas, en revanche il communique en miaulant comme un malade, le miaulement qui fait peur, façon vocalise d'ado en mue, comme s'il lui arrivait un truc grave, comme s'il s'était coincé quelque chose, quelque part, alors qu'en fait tout va bien: le chat a le colon libéré, le chat veut partager sa joie avec son maître et la terre entière (heureusement qu'on n'en fait pas autant tiens).

Non seulement content de brailler comme un âne, il lui arrive un truc totalement bizarre, il grimpe sur le bout de ses pattes, se met a piquer un sprint dans le couloir (la moquette c'est bien, ça permet de ne pas déraper), court jusque dans la salle, gonfle la queue, fait demi tour et recommence. On a l'impression d'avoir un troupeau de buffle dans le couloir alors qu'en fait il y a seulement une demi portion de 4kg qui fait son sport.

Le problème lorsqu'on a deux chats c'est qu'ils se donnent des idées, et du coup si y'en a une qui court, y'a souvent la deuxième qui est prise de la même envie libératoire et ça fini en baston. On se retrouve donc avec deux locomotives poilues dans le couloir, et il vaut mieux s'écarter pour ne pas se faire écraser.

Situation N°2:

Le soir tu rentres du taff après t'etre tapés les tarrés gens dans le RER ou le bus ou le métro, t'as qu'une envie : te désinfecter les mains, poser ton royal fessier sur ton royal canapé, profiter du silence, retirer le manteau (et parfois le bonnet, l'écharpe, les gants, la couverture, la cagoule et le reste), sauf que ton chat ne l'entend pas comme ça, c'est l'heure de son quart d'heure de folie, au lieu de venir te dire bonjour elle se met a cavaler partout avec les poils tout ébouriffés, elle peut même parfois courir de travers (oui oui) et faire des bonds en se cognant dans tes jambes (ou les montants de porte .. c'est a se demander si les chats peuvent avoir des bleus).

En général tu restes blasé, le cul vissé a ta chaise ou au canapé, ça devient problématique quand la deuxième se met aussi a faire n'importe quoi et que ça se transforme en course poursuite dans un petit espace (genre derrière le canapé, hein, pourquoi pas) et que ça manque de dévaster tout ce qu'il y a sur le trajet.

Dans ces cas la on entend de ma part en tout cas:

"Allez vous foutre sur la gueule ailleurs bourdel !!"

Des fois ça marche, des fois non, et les chats dévastateurs reviennent de plus belle pour faire les zouaves sous le lit (la ou il y a mes tissus hein ...)

Situation N°3:

Les voisins ont arrêtés de faire ch..., le silence est de mise, les paupières commencent a se faire lourdes, il est temps d'aller se faire reposer les yeux et le reste. Un coup de crème sur la goule, le portable a charger, les lunettes retirées, le dos calé dans le lit, lumière éteinte, le sommeil arrive.

Ouais.

Et le chat aussi.

Tu l'entends qui miaule bizarrement dans le couloir alors que tout le monde dort. Comme une andouille tu appelles le chat

" hey ashka t'es pas toute seule, espèce de tête de lard, t'es pas abandonnée alors arrête de brailler".

Ca marche, elle arrive, elle miaule de plus belle, vient sur le lit, se fait caresser 2 secondes et demi et d'un coup saute du lit a toute vitesse, cours dans le couloir ... la salle ... bref, le délire du chat a minuit quoi...

Et toi tu tentes de t'endormir, bizarrement tu reves de locomotive poilues qui miaulent et te marchent dessus ... Y'a de quoi perturber hein.